Paris, UMR 7141 - Institut de Biologie Physico-Chimique (10/03/09)

, par Admin

Aujourd’hui a eu lieu l’AG de l’IBPC, avec une faible participation. Elle faisait suite à une AG plus importante au cours de laquelle avait été votée la motion ci-jointe.

L’AG a élu deux représentants de l’Institut pour la coordination nationale des laboratoires de jeudi 12 mars.

Le gouvernement a mis en oeuvre depuis quelques mois un bouleversement en profondeur de notre système
de recherche et d’enseignement supérieur. Dans son discours du 22 janvier, N. Sarkozy a annoncé son
intention d’accélérer encore les choses et de passer en force si nécessaire, car il veut "en finir avec une
organisation désastreuse". Il en a profité pour dénoncer la médiocrité de la production scientifique française
au regard des efforts budgétaires prétenduement consentis. Etant en désaccord profond avec ce diagnostic,
nous récusons les réformes qui en découlent. D’autres réformes sont possibles et souhaitables, comme en
témoignent les nombreuses propositions des Etats Généraux de la Recherche. Nous refuserons donc
désormais, chacun à la mesure de ses moyens et de ses responsabilités, d’accepter de contribuer à la
destruction de l’actuel système de recherche de notre pays, en particulier au démantèlement des organismes
de recherche, et à la diminution des moyens financiers et humains.
Pour ces raisons, nous déclarons aujourd’hui que l’Institut de Biologie Physico-Chimique est en lutte
pour que soit conduite une réforme respectueuse de valeurs portées par la recherche et l’enseignement
supérieur.