Villejuif, U780 INSERM (09/03/09)

, par Admin

L’Assemblée Générale de l’U780 INSERM, réunie le 9 mars 2009 a mandaté ses représentants à la réunion des délégués de laboratoires du 12 mars sur les points suivants

1) Il faut renverser la tendance à transformer les organismes de recherche en agences de moyens, et mettre fin à la politique de précarisation et rendre les carrières scientifiques à nouveau attractives. Nous demandons le rétablissement des postes statutaires supprimés en 2009 dans les organismes et à l’université ainsi qu’un plan de recrutement pluriannuel.

2) Les conditions de financement des laboratoires ont considérablement évolué ces dernières années avec une diminutions sensible de la part provenant des organismes de recherche et une prolifération des sources de fonds publiques ou privées (Agence Nationale de Recherche sur le SIDA, Institut de Recherche en Santé Publique, Conseils Régionaux, Agence Nationale de Recherche, associations caritatives,…). Le rôle prépondérant que commence à prendre l’ANR, sous le contrôle direct du gouvernement, menace la recherche de devoir se plier à des réorientations à une échelle de temps qui sera celle des politiques et non celle du développement des connaissances. Nous demandons une simplification avec le reversement des moyens de l’ANR sur le budget des organismes de recherche et la .

3) Le remplacement de l’évaluation nationale comparative, des laboratoires comme des personnels, par le dispositif mis en place sous l’égide de l’AERES représente une régression rendant plus difficile la comparaison des dossiers et risquant d’aboutir à des erreurs et des injustices. En outre la dépendance de l’AERES vis-à-vis du pouvoir politique risque d’en faire un outil supplémentaire de pilotage de la recherche par le gouvernement. Nous demandons le rétablissement de toutes les prérogatives des Commissions Scientifiques de l’INSERM et du Comité National du CNRS en matière d’évaluation des structures et nous appelons la communauté scientifique à poursuivre et amplifier le boycott des expertises sollicitées par l’AERES.

4) Nous sommes favorables à une réforme de la recherche s’appuyant sur les propositions des Etats Généraux de la recherche et sur de véritables négociations avec les syndicats.