Toulouse, IRSAMC (FRE) (LCAR - UMR5589, LCPQ - UMR5626, LPCNO - UMR5215, LPT, UMR5152) (03/03/09)

, par Admin

Toulouse, le 3 février 2009

Les personnels de l’IRSAMC signataires estiment infondé et néfaste le
démantèlement en cours du CNRS, institution qui a organisé et soutenu depuis 50 ans une
recherche française féconde, tenant bien son rang dans la production scientifique
internationale. Son découpage en instituts ne peut pas favoriser l’interdisciplinarité. Sa
transformation en simple agence de moyens le prive de cohérence et de sa fonction de
pilotage. Ces réformes ne sont soutenues par aucun diagnostic rationnel, aucune
comparaison, ni aucune expérimentation. Elles ne s’appuient que sur une rafale d’épithètes
péjoratives (« mité, archaïque, obsolète » -
Extraits du discours du Président de la république du 22 janvier 2009) ou de propos carrément insultants pour un
personnel qui serait susceptible de ne venir chercher au laboratoire que « la lumière ou le
chauffage ».

Nous rappelons que la qualité de notre travail est évaluée sans cesse par le processus
de publications, et que le CNRS pratique une évaluation constante et raisonnée par ses
instances. En matière de création scientifique, les principes de liberté de l’investissement
intellectuel et du jugement a posteriori sont supérieurs, sur le long terme, à la précarité et au
dirigisme d’un financement ponctuel sur projets finalisés. La recherche fondamentale n’est
par essence pas programmable.

Nous constatons et dénonçons l’impact néfaste de la précarité de plus en plus longue
imposée aux jeunes chercheurs. Cette précarité incompatible avec des engagements
familiaux et citoyens décourage les vocations vers un métier passionnant mais difficile.
Nous estimons déplorable le dispositif dit des « chaires d’excellence » destinés au
recrutement de nouveaux enseignants-chercheurs, affectés à des laboratoires choisis sans
discussion par le ministère, avec un profil si pointu qu’il empêche un choix ouvert. Ce
dispositif diviserait arbitrairement les conditions d’exercice de la fonction d’enseignant-
chercheur. Le pouvoir ne le met en place que pour entamer l’extinction de la fonction de
chercheur ce qui traduit dans les faits par une réduction du nombre de postes.

En ce qui concerne la modulation des charges d’enseignement, elle ne doit pas
fonctionner comme sanction, et sa mise en œuvre ne peut être envisagée sans que les
critères et les modes de décision n’en soient explicités. Cette question souligne un danger
potentiel d’une autonomie excessive des universités : c’est à une échelle autre que locale
que peut se faire, discipline par discipline, une évaluation réfléchie et compétente des
activités des enseignants-chercheurs.

La grève n’a de sens que si elle est lisible. Le caractère discret et l’impact différé de
la recherche rendent peu opérant une grève des activités de recherche. Nous appuyons nos
responsables dans les gestes de blocage institutionnel qu’ils peuvent être amenés à prendre.
Nous nous déclarons disponibles pour porter à l’extérieur, vers les étudiants et l’opinion, les
raisons de notre refus profond des réformes qui nous sont imposées, qui font hélas partie
d’une entreprise plus vaste de réduction des coûts de la fonction publique (santé, éducation
nationale, justice...).