Montpellier, UMR 5243, Géosciences (02/03/09)

, par Admin

LE PERSONNEL DE GEOSCIENCES MONTPELLIER EN LUTTE

Le personnel de Géosciences Montpellier s’est réuni en assemblée générale le 2 Mars 2009. Plus de
60 personnes étaient présentes sur un laboratoire d’environ 150 membres. Après avoir débattu des
réformes en cours, il a été proposé d’effectuer un vote à bulletin secret, se déroulant sur trois jours,
reprenant les sujets traités en AG.

81/150 votants se sont exprimés soit 54 %

1- Le maintien des UMR comme brique de base de la structuration de la recherche en France. Les UMR sont les
fondements de la coopération entre les universités et organismes. Elles permettent d’assurer avec efficacité les
missions de Recherche et de Formation des universités. Cela suppose le maintien d’EPST solides, bien dotés,
et non réduits aux seules fonctions d’agences de moyen.

Pour : 76 (93.83%) Contre : 2 (2.47%) Absentions : 3 (3.70%)

2– La restitution des 1030 emplois supprimés au budget 2009, et l’ouverture de négociations sur un plan
pluriannuel de recrutement permettant la résorption de la précarité.

Pour : 74 (91.36%) Contre : 2 (2.47%) Abstention : 5 (6.17%)

3- Position sur l’ANR.
La possibilité de financement sur projets bien dotés et à moyen terme (3-4 ans) est un acquis important que
permet l’ANR. Il est fortement souhaité que la politique visant à augmenter la part des ANR blanches et par
conséquent, tout un ensemble de sujets de “recherche fondamentale”, soit maintenue.
Toutefois, il semble essentiel de refuser le “Tout ANR” et de maintenir à côté de ces financements très
inégalement repartis dans les laboratoires, une gamme de financements complémentaires :

- les financements par AO organisés par les Instituts (du type programme thématique de l’INSU) doivent
être absolument maintenus. Ils permettent une recherche sur projets très ciblés et à court terme, et la
structuration pour incuber des projets plus vastes.

- le soutien de base aux unités doit augmenter, en tout cas, il ne doit plus diminuer. Il assure le minimum
vital et l’organisation de la vie scientifique des laboratoires (conférences, réseaux, etc) et doit être maintenu
pour équilibrer les apports de l’ANR.

Pour : 78 (96.30%) Contre : 1 (1.23%) Abstention : 2 (2.47%)

4- le retrait du projet de contrat doctoral

Pour : 46 (56.79%) Contre : 20 (24.69%) Abstention : 15 (18.52%)

5- La restitution de l’intégralité de ses prérogatives au comité national de la recherche scientifique
(CoNRS) pour l’évaluation des laboratoires et pour les concertations dans le cadre de la prospective
scientifique au niveau National.

Dans un second temps, une amélioration de l’évaluation des laboratoires pourra être recherchée, par exemple
par une association du CNU - chargé d’évaluer les enseignants-chercheurs - permettant une véritable prise en
compte de l’activité d’enseignement.

Pour : 59 (72.84%) Contre : 10 (12.35%) Abstention : 12 (14.81%)

6- Mise en place des chaires d’organismes (EPST /Université).

Pour : 11 (13.58%) Contre : 53 (65.43%) Abstention : 17 (20.99%)

7- Remise en cause de la LRU qui vise à mettre en œuvre une réforme précipitée, dont les effets ont été
mal évalués et les conditions d’application insuffisamment réfléchies et discutées avec les acteurs de la
recherche et de l’enseignement supérieur. Des réformes sont indispensables à la modernisation du système
de recherche français ; des propositions ont été élaborées par les acteurs de la recherche et leurs
organisations (états généraux de la recherche et de l’enseignement supérieur, 2004) ; elles n’ont jamais fait
l’objet d’une concertation/discussion avec les ministères de tutelle.

Pour : 61 (75.31%) Contre : 15 (18.52%) Abstention : 5 (6.17%)

Rappel : le laboratoire GM s’est déjà positionné lors de la consultation C3N pour la continuité
thématique du CNRS (résultat de la consultation rendu le 2 mars 2009, communiqué du C3N).

Les résultats montrent qu’une large majorité du personnel refuse les réformes telles qu’elles nous
sont proposées.

Une nouvelle AG réunie le 10 Mars a défini les modalités d’actions à entreprendre :

Visibilité nationale :

• affichage sur le site web de laboratoire

• envoi de trois représentants ( un enseignant-chercheur, un doctorant, un ITA) à la coordination
des délégués de laboratoire qui se tiendra le 12 Mars à Paris

• présentation du questionnaire à la section 18 du Comité National du CNRS.

Visibilité locale :

• affichage du laboratoire en lutte sur les fenêtres du bâtiment et banderole en façade sur la rue

• présence massive et banderole spécifique au laboratoire lors des manifestations

• port d’un signe distinctif (brassard, bandeau...)

• informer la présidence de l’Université Montpellier 2 de la position du laboratoire.

Par ailleurs, les enseignants-chercheurs de GM traduisent leur lutte par la suspension des
enseignements en salle jusqu’au vendredi 13 mars 2009.

Le 6 mars 2009, les personnels du Département d’Enseignement en Sciences de la Terre et
Environnement de Montpellier (DESTEEM) ont voté sur la question suivante :

Etes-vous pour l’arrêt des enseignements en salle jusqu’au vendredi 13 mars 2009 ?

*OUI : 78 %* (35/45)

NON : 13 % (6/45)

ABSTENTION : 9 % (4/45)

Le taux de participation au vote * (*45 votants sur 66 inscrits) était de 68%.